Raffaele Caritto

Il existe des architectes qui ne sont connus que pour une réalisation : c'est le cas de l'architecte italien Raffaele Caritto dont on ignorerait jusqu'à l'existence s'il n'avait construit la villa commandée par L'impératrice Elisabeth d'Autriche (la fameuse Sissi) sur l'île de Corfou. Gorgée de littérature classique, romatique à souhait, et un tantinet cinglée, l'impératrice baptise cette villa Achilleion, en l'honneur du héros homérique.

Anton Romako (1832-1889). Portrait de l'impératrice Elisabeth d'Autriche (1883), huile sur toile

1883 kaiserin elisabeth b 2

Sissi connait Corfou depuis 1861, mais c'est en 1888 qu'elle décide d'y construite une résidence qui sera un véritable Palais. Elle rachète un terrain à un ami et fait démolir la villa qui s'y trouve.

Achilleion, Corfou. Vue sur l'île de Pontikonissi depuis la villa

1280px pontikonisiLes travaux commencent en 1889, l'année de la mort du fils unique du couple impérial Rodolphe. Cette tragédie pousse l'impératrice à quitter le plus souvent la cour de Vienne. Elle fait donc accélerer les travaux et le bâtiment est achevé en 1891. Le palais compte 128 pièces. Le rez-de-chaussée était réservée à l'impératrice alors que les étages étaient réservés à la famille impériale. François-Joseph ne semble être venu qu'une fois à Corfou, en 1891.

Le palais est construit dans un style néo-classique pompeïen, image trompeuse d'une Grèce idéale que l'archéologie commencçait seulement à découvrir. Heinrich Schliemann (1822-1890), qui venait de mourir à Naples, était le principal protagoniste de ce mélange entre histoire factuelle et mythologie avec ses pseudo-découvertes du masque d'Agamemnon et des bijoux d'Hélène.

Villa Achilleion (1889-1891), Corfou. La façade, ornée d'un péristyle dorique surmonté de terrasse portant des statues de centaures et de muses

1280px achilleion in kerkyra1280px achilleion korfu 057Villa Achilleion, Corfou. Vue latérale

Sissi2 1Villa Achilleion, Corfou. Halle d'entrée et escalier. L'escalier, en marbre et bronze, est inspiré de celui de l'opéra Garnier De part et d'autre les statues de Zeus et Hera

1280px corfu achilleion staircase entrance autocorrected

Villa Achilleion, Corfou. Plafond du hall d'entrée. "Les quatre saisons et les heures" (1891), fresque du peintre napolitain Vincenzo Galloppi (1849-1942)

800px painting at the entrance ceiling of corfu achilleion autocorrected vicenzo galloppijpg

Villa Achilleion, Corfou. Fresque de l'escalier, "le triomphe d'Achille trainant le corps d'Hector" (1892) exécutée par le peintre autrichien Frantz Matsch (1861-1942)

1920px the triumph of achilles fresco in corfu achilleionVilla achilleion, Corfou. Chapelle personnelle de l'impératrice. La fresque du chœur est de Frantz Matsch

800px corfu achilleion chapel autocorrectedLa décoration de la villa a été entièrement pensée par Elisaberth. Les jardins sont ornées de nombreuses statues qui peuvent être des copies d'antiques ou des œuvres originales. La plus célèbre était la statue de Heinrich Heine, due au sculpteur danois Louis Hasselriis (1844-1912), qui était installé sous un petit temple. L'impératrice était une fervent lectrice du poète allemand Heinrich Heine (1797-1856), un des plus grand maître de la langue. Juif (converti à regret), libéral à tendance socialisante, et qui plus est, à l'ironie mordante, l'écrivain était honni par les monarchies d'Europe centrale. Lorsque l'emperur Guillaume II racheta la villa en 1907, il se dépêcha de remplacer la statue de Heine par une statue d'Elisabeth. Pour des raisons complexes, la statue de Heine est actuellement dans un jardin de Toulon. Quant au temple, les vicissitudes de l'histoire l'on fait disparaître.

Villa Achilleion, Corfou. Temple à Heinrich Heine, photo de 1900

Heinrich heine korfuVilla Achilleion, Corfou. Statue de Heinrich Heine par Louis Hasselriis (1944-1912), marbre. Actuellement dans le jardin botanique de Toulon

1920px heineheinrichVilla Achilleion, Corfou. Statue de l'impératrice Elisabeth installée par Guillaume II à la place de celle de Heine

Sisi statue in corfu achilleionUn des éléments parmi les plus caractéristiques de l'Achilleion est le péristyle des Muses. C'est une galerie de style ionique décorée extérieurement des statues des neufs Muses et des trois Grâces. A l'interieur de la galerie, Elisabeth a fait installer des bustes des philosophes antiques. Dans le patio ainsi formé, l'impératrice a fait installer un groupe en bronze, "Musicien aux cymbales".

Villa Achilleion, Corfou. Le péristyle des Muses

Achilleion terrace corfu 1Sissi1Villa Achilleion, Corfou. Le péristyle des Muses. Au premier plan le "Musicien aux cymbales"

1280px achilleon terraceDeux bronzes représentant des athlètes assurent la transition entre la terrasse du péristyle et l'escalier qui permet d'accéder à d'autres parties du domaine. Un autre escalier est orné de quatre statues représentant Appolon, Aphrodite Artemis et Hermes. Mais les deux pièces-maîtresses parmi les nombreuses statues de la villa sont, sans doute, les deux statues d'Achille, "Achille mourant" et "Achille triomphant".

"Achille mourant" a été exécuté en marbre par le sculpteur berlinois Ernst Herter (1846-1917). SItuée à la place d'honneur par Elisabeth, la statue a été déplacée sur ordre de Guillaume II et remplacée par "Achille triomphant", une immense statue (11 m avec le socle) en bronze, de l'artiste allemand Johannes Götz (1865-1934) et dont la symbolique correspondait mieux à l'expensionnisme du Kaiser.

Villa Achilleion, Corfou. La terrasse du péristyle des Muses. Les athlètes combattant

Achilleion terrace corfu 2Villa Achilleion, Corfou. L'escalier des dieux

1280px achilleion 1 113Villa Achilleion, Corfou. "Achille mourant", marbre d'Ernst Herter

1280px closeup of achilles thniskon in corfu achilleionVilla Achilleion, Corfou. "Achille triomphant", bronze de Johannes Görtz

640px de siegreiche achilles von go tz 1909

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.